Nos convictions

« Celui qui n’appliquera pas de nouveaux remèdes doit s’attendre à de nouveaux maux; car le temps est le plus grand des innovateurs » Francis Bacon.

Nous vivons actuellement une profonde mutation dont les deux principaux drivers sont la révolution numérique et le développement durable. Nous assistons par ailleurs à l’émergence d’un monde coopératif maillé susceptible de transformer en profondeur les relations entre les personnes, les modes de travail et la manière de créer des richesses. La valeur, autrefois associée aux forces de vie, tend à renouer avec son sens initial en (re)fondant les liens entre l’économique, le social et l’environnemental, et en remettant la focale sur « ce qui compte » pour les différents acteurs de la société.
Cette émergence porte en germe la promesse d’une économie bénéfique basée sur le lien, ancrée dans les territoires et adossée sur la coopération, l’altérité, l’intelligence collective.

Ce sont à ces défis  auxquels le territoires et organisation, dont le destin est pour partie lié, doivent se préparer en s’appuyant le plus possible sur la dynamique d’innovation. Nous pensons en effet que l’innovation sera la base à partir de laquelle les territoires et les organisations seront en mesure de refonder les fondements économiques et sociaux de leur résilience.

Par ailleurs, dans une société où tout change de plus en plus vite, organisations et entreprise ne peuvent plus penser l’innovation uniquement comme le moyen de consolider leur activité et leur performance. Elle doivent aussi, dans le même temps, penser les ruptures à partir desquelles elle pourront se renouveler et continuer à rester en prise avec un marché, une société, en profonde mutation.

L’innovation d’aujourd’hui prépare la société de demain. Les organisations et les territoires se doivent, dans le même temps, de composer avec les nouvelles exigences environnementales, sociétales et économiques dictées par les enjeux du développement durable. L’innovation est également synonyme de responsabilité  vis à vis de notre écosystème et plus globalement des générations futures.

Dans ce contexte mouvant où l’agilité, l’imagination, la coopération et l’ouverture d’esprit doivent être fortement encouragés, les modes d’organisation basés sur des logiques linéaires, la division des tâches et sur la subordination, se révèlent de plus en plus inadaptés. Il convient au contraire d’inventer de nouveaux modes d’organisation facilitant l’hybridation d’activités, les liens transversaux,  l’altérité et l’intelligence collective.

Une autre de nos conviction est que l’essentiel de la valeur nécessaire au rebond, voire à la refondation de notre économie se créera autour des dynamiques de proximité (voir notre article : Le local nouveau moteur de la production de valeur(s) ?). Il convient donc d’ancrer  (aussi) les stratégies de création de valeur des organisations dans les territoires en créant de nouveaux liens, de nouvelles solidarités avec l’ensemble des acteurs locaux.

Pour répondre efficacement à l’ensemble de ces enjeux de l’innovation et les organisations doivent adopter des modes de gouvernance et des méthodes plus en cohérence avec les exigences « systémiques » du monde actuel.

Il convient notamment de mobiliser régulièrement les organisations autour de défis motivants et porteurs de sens, de s’ouvrir à plus de transversalité, de favoriser les apprentissages ouverts, de nouer de nouveaux partenariats, de développer l’autonomie de tous et de laisser plus de place à l’intelligence collective. Le tout, dans le respect des écosystèmes au sein desquels s’inscrit l’activité de chaque entreprise.